Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 10:00

Emotion de lecture

Visage fermé

Au dessus du livre blanc

Le cœur palpitant

Repost 0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 19:27

 

 

 

Bateau Lune

 

 

 

Eclat de lune

 

Flottant sur les nuages

 

D’une nuit d’hiver.

 

 

 

Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 10:06

 

 

 

Flocons

 

 

 

Ciel pavé de blanc

 

Les flocons tombent, flottants

 

En grand silence…

 

 

Repost 0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 23:29

 

 

 

Pluie d’automne

 

Les feuilles dorées

 

En larmes de lumières

 

Coulent des arbres.

 

 

 

 

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 22:33

 

 

Peau d’hiver

 

 

Peau piquée de froid,

 

Le vent s’engouffre en moi :

 

Mon corps est hiver.

Repost 0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 20:36

 

 

 

Haïkus d’amour : L’essence des 5 sens

 

 

 

 

 

 Te toucher

 

 

 

       Ma main, suspendue,

 

       Comme un oiseau ivre

 

       Au dessus de toi…

 

 

 

T’écouter

 

 

 

        Ta voix est douce

 

       Ton chant et mon rêve, liés

 

       S’unissent en moi.

 

 

 

 

 

Te goûter

 

 

 

         Chair et lumière

 

       Ta peau invite mon cœur :

 

       Boire tes baisers.

 

 

 

 

 

Te voir

 

 

 

       Claire lumière

 

       Dessinant le sourire

 

       D’un baiser offert. 

 

 

 

 

 

Te Respirer

 

 

 

       T’aimer, femme fleur

 

       Au parfum de tendresse,

 

       Aux lèvres de miel.

 

 

 

Jean-Youri

 

 

 

 

 

Repost 0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 16:01

Livres

Chaque mot, condensé d'une émotion, vibre, signe de vie.

Le livre se livre aux regards dards.

La page, sage, se dévoile, s’effeuille sous la main....

Tourne, tourne. Le corps du livre dans la

main. Le mot meurt sous le point, le coup final.

Repost 0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 23:50

 

 

Les chiens foulosophes

 

 

Quelques chiens pelés, somnolaient sur l'agora.

Après avoir beaucoup jappés et courus contre les rats,

ils tenaient, comme leurs maîtres, des propos cyniques

en discourant sur l'être tout en grattant leurs tiques.

 

"Ma vie est une merde

Que je veux changer en diamant.

La situation est laide

Et le cas fort malodorant.

 

Ne cherchez pas à rire

Pour être heureux, suffit-il de vivre ?

La douleur est dans notre peau,

notre âme et jusque dans nos os."

 

Vint alors par mégarde un esclave,

les yeux et le corps battus, hâve.

Si squelettique que du corps les os

de toute sa maigreur  saillissent.

Interrompant leur cénacle, les chiens

jappent et culbutent ce festin d'humain.

 

Diogène, ce spectateur du pire,

ce Socrate devenu fou, se mit à rire.

 

 

 

Repost 0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 14:52

La nuit en son tombeau

 

 

La nuit en son tombeau

 

L’homme repose

 

Le corps devenu chose

 

Le laid dévorant le beau.

 

 

 

Le monde s’est éteint, tombe en perdition

 

Là où vibrait la chair

 

Là où vibrait la lumière

 

Tout l’être devient putréfaction.

 

 

 

Les jours sont comptés, déjà s’évanouissent

 

Profitons de la lumière et du lys

 

La mort frappe déjà : cueillons la joie.

 

 

 

Trop tôt disparaissent joies et plaisirs

 

Les corps aimés ne seront plus que souvenirs.

 

La vie doit fleurir avant la tombe et le froid.

 

 

 

Repost 0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 08:46

Silence d’été

 

Silence d’été

 

D’objets inertes, brûlés

 

D’hommes allongés.

 

Repost 0

Présentation

  • : Musastrales
  • : Musastrales, tel est le nom du blog où vous trouverez mes récits de voyages, les petits et grands événements de ma vie, mais aussi les textes de mes oeuvres, des livres et poèmes aimés, et les étapes dans ma recherche de la sagesse.
  • Contact

Texte Libre

Recherche